Une rencontre fantastique avec Vanessa Morales !

Posté Par Les Déchaînés le 11 Sep, 2019


Vanessa Morales !

Ce nom doit vous sembler inconnu ou alors, vous êtes mordu de trail, d’aventures plus folles les unes
que les autres et, vous suivez cette formidable athlète !

Le 3 septembre 2019 aux alentours de 10h50 à l’ITEPS, à Muret, nous rencontrons Vanessa Morales.
Qui est-elle ? Que fait-elle ? Dans quel défi s’est-elle engouffrée ?
Nos néo-reporters, mais déchaînés, vous raconte son histoire !

Tout commence il y a 36 ans de cela. Au fin fond des Pyrénées Orientales, à Font Romeu.
Place, où avant même de savoir écrire, lire ou compter, le sport est au centre de toutes les attentions. « Quels sports veux-tu faire ? » est, d’après la légende, la première question posée à un enfant qui apprend à marcher.

Skis et patins aux pieds dès l’âge de 4 ans, Vanessa se lance à fond dans le patinage artistique. La fatalité du pôle espoir surgit… Elle développe le syndrome des loges, paralysée pendant un petit laps de temps, toutes ses envies de carrière s’envolent.
L’appel de la montagne se fait ressentir.
Partir, 3 jours durant, seule ou avec un ami, une bâche en guise de tente et ses running au pied, l’échappatoire de Vanessa était en fait la pratique du trail.
Ces sorties deviennent une habitude, elle possède une armoire de la taille d’un appartement et un lieu de vie aussi grand que les Pyrénées.

C’est en devenant pompier volontaire et boostée par ses collègues que Vanessa se mets à la compétition, un monde qui ne lui plait pas plus que ça, mais qui ne l’empêche pas de faire des podiums tous les week ends. Un niveau national en cross et une belle cinquième place au championnat de France de Trail, qui étonnent même notre athlète. Mais je répète, la compèt’ ce n’est pas son truc. Se battre face à sa copine l’angoisse, la stresse, c’est alors qu’elle se lance dans
des défis « un peu » fou ! (Carrément dingue oui !)

Un enchaînement toujours plus rapide des plus grands sommets des Pyrénées, une folle traversée de la Laponie et maintenant elle s’apprête à croquer le  Kilimandjaro toujours avec ses running aux pieds !
Ses échappatoires de jeunesse se transforment en source d’inspiration. Coachée par Laurent Arbo, accompagnée par le réalisateur Patrick Foch et le cameraman Benjamin Ziegler, Vanessa ira au bout du monde.

Courir est pour elle une passion, le partager un devoir. Chacune de ses expéditions à pour but de faire voyager par procuration les personnes atteintes de sclérose en plaques. Elle se bat aux côtés de la Ligue Française contre la sclérose en plaques pour mettre en lumière cette maladie encore méconnue.

L’ascension du Kili était de première abord le rêve d’une personne touchée par la sclérose en plaques. L’objectif était qu’en un an de préparation, Vanessa  accompagne cette personne gravir les 5 895 m qui sépare la mer du sommet. Les aléas de la maladie ont transformé ce rêve. Vanessa se retrouvera seule, de 10 jours initialement prévu, Vanessa tentera d’ébranler le record du monde de 10h06.

La machine est lancée. Cette nouvelle aventure commence. Un an de préparation intensive avec pour objectif d’amener au sommet, par procuration, la personne à l’initiative de ce challenge hors norme, le drapeau de la ligue et les 100 000 personnes touchées en France. Montrer que dans le sport comme dans la maladie le dépassement de soi est omniprésent, il faut se mettre des objectifs hauts, réalisables, et se donner les moyens de les atteindre.
« Pour avancer il faut se projeter, les projets, les objectifs, c’est la vie. »

Un an de préparation intensive, c’est un an de construction de projet, un an de préparation physique, un an à s’entourer des bonnes personnes et surtout un an sans sommeil !
Accompagnée par de beaux sponsors, Vanessa doit continuer son métier d’infirmière pour réussir à financer l’ensemble de son projet. Même si toute l’équipe qui l’entoure est bénévole, que c’est la passion qui parle dans son aventure, celle-ci à un coût ! Que valent quelques euros contre 100 000 sourires et un record du monde ?
Accompagnée également par ses proches, ce sont eux qui lui donnent la force de passer le coup de mou des 5 500m. « Non, non, non, tu pleurs pour 6h ou 10h d’effort », quand cette phrase résonne dans sa tête, Vanessa se rattache aux personnes qui la tirent vers le haut, à celle qui lui a inculqué les bases de la montagne, à ces patients avec qui elle partage tous ses périples.

Tu dois surement être arrivée en Tanzanie à l’heure ou j’écris ces lignes. Les derniers jours t’ont paru interminables alors on libère la lionne de sa cage et on te souhaite le meilleur pour ton aventure grandiose !

Rendez-vous le 16 septembre au sommet !

 

Pour suivre Vanessa c’est par ici : https://www.facebook.com/VanessaMoralesOfficiel/

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.